Patagonie - ambredelalpe

La cheminée céleste.

Il a plut une bonne partie de la journée. Les cascades étaient magnifiques, l'ambiance toujours curieuse dans ces espaces touffus solitaires.

J'ai parié le vin à l'arrivée qu'il pleuvrait à un moment à Italiano, le camp suivant, mais j'espère tout de même une nouvelle nuit étoilée après la gaffe d'hier : des réglages ont changé sur mon appareil et toutes les photos à partir du milieu d'après midi sont enregistrées en petite définition (1/4 de la taille habituelle)... arg. Dont quelques photos nocturnes qui me plaisaient bien et auxquelles j'avais accordé une certaine.. valeur particulière.

"A partir de maintenant j'accepterai mes erreurs, si grandes soient elles." a un jour écrit Christopher McCandless devenu Alexander Supertramp ... Donc bon, ce qui est fait est fait, même si je me prends un peu beaucoup pour une imbécile de ne pas avoir vérifié plus tôt... J'avais vu un changement de luminosité, j'aurai du me douter qu'à force d'avoir l'appareil en bandoulière, il avait assez frotté mes sacoche/pantalon/veste et diverses choses susceptibles de toucher à des boutons pour que ce ne soit pas la seule modification de paramètres. .. Mais c'est trop tard, alors voilà. Plus qu'à espérer que les astres se révéleront à nouveau avant notre départ.

Le soir reste gris et humide. Dans notre dortoir transformé en une sorte de forêt tropicale de tentes, vestes, capes et chaussettes suspendues pour essayer de sécher à la chaleur de la cheminée voisine, on entend la pluie crépiter sur la fenêtre embuée. Sur mon lit au 3ème étage, il doit faire près de 30°C, débardeur de rigueur; en bas près du sol, il ne fait pas plus de 15.

La nuit tombe, et les gouttes s'écrasent toujours sur la lucarne au dessus de ma tête. Je me glisse dans un sommeil peuplé de démons et merveilles,...

Il fait encore sombre à mon réveil. Plus de bruit. Je lève la tête et la lucarne obscure apparaît devant mes yeux. Des points blancs. Des étoiles! Je m'habille en vitesse sans faire trop de bruit, perd un temps précieux à chercher une frontale introuvable, attrape trépied et appareil et m'enfonce dans la végétation à la lueur du dictaphone. 6h... le jour va se lever, très vite. Dans ma précipitation, je prends le mauvais chemin, celui qui mène vers les cabanons un peu plus luxueux au dessus. A la lumière des étoiles, je cherche à faire demi-tour dans les buissons, .. mais la voie lactée est si belle, et va s'éteindre dans si peu de temps....

Une image avant de repartir en quête d'un arbre. Cette image là. ..

Copyright : Ambre de l'AlPe