365, Une Photo par Jour - ambredelalpe

Coup de Pinceau

Il est bien tard pour publier, beaucoup d’entre vous dorment sans doute déjà. Mais demain matin, je pars pour le festival Images et Neige à Cluses (ou vous pourrez d’ailleurs me retrouver de vendredi à dimanche :) ) et ce sera peut-être encore plus compliqué.

Je disais donc :
Un coup de pinceau dans la végétation endormie. Une éclaboussure de couleur dans les teintes sépia.

Connaissez-vous l’histoire du rouge-gorge ? Celle que l’on raconte aux enfants sur les sentiers…
C’était il y a bien, bien longtemps, un temps où tous les arbres avaient des feuilles en hiver. Le grand chêne était si fier de sa belle parure. Et le bouleau avec ses jolies ramures vertes sur ses branches d’argent… Et le hêtre, le châtaigner, …
En ce temps là, un tout petit petit oiseau fatigué se retrouvait tout seul alors que l’hiver approchait. Tous ses compagnons étaient partis vers de chaudes contrées, mais, trop faible, il n’avait pu les suivre… Et le froid qui arrivait, vif, cinglant, mordant…

Le tout petit petit oiseau alla demander leur aide aux arbres pour survivre à ces longs mois gelés :
« Chêne, chêne, toi qui est si beau, si grand … Dis, ne voudrais-tu pas me faire un abri ? Je serai bien au chaud, blotti entre tes larges feuilles ondulées ! »
Mais le chêne était bien fier, et c’est un « Non ! » retentissant qui poussa l’oiseau frigorifié à chercher plus loin. Le froid se faisait encore plus vif, encore plus mordant. Grelottant, il tenta sa chance auprès du hêtre, puis du châtaigner, du pommier, … mais toujours et encore, la réponse restait invariablement la même : « Non. » Vous comprenez bien, un oiseau, c’est envahissant, ça fait du bruit, ça chante, c’est salissant…

Désespéré, le tout petit petit oiseau tout gelé voleta finalement jusqu’à une forêt de conifères. « Dis sapin, ou toi, le pin… est-ce que je pourrai m’abriter dans vos branches pour l’hiver ? J’ai si froid…
-Pauvre petit oiseau ! Bien sûr, mais tu n’auras pas bien chaud… Nous n’avons que de pauvres aiguilles à t’offrir… » Mais l’oiseau était si heureux que, le cœur tout réchauffé, il passa l’hiver à sautiller entre les aiguilles.
C’est depuis ce temps là que les feuillus, punis, perdent leurs feuilles en hiver, alors que la plupart des conifères les conservent… C’est aussi depuis ce temps là qu’une espèce de tout petits petits oiseaux, dont l’ancêtre avait malgré tout bien eu le temps de prendre froid, a la gorge toute rouge !

En espérant que vous aussi, vous trouverez votre arbre !

18/01 : Challenge une photo par jour, photo 18/365

Copyright : Ambre de l’AlPe