365, Une Photo par Jour - ambredelalpe

La Toile.

On imagine de suite un monstre, quelque chose d'horrible, de terrifiant. Qui nous attend, planqué, quelque part, dissimulé par les nombreux fils soigneusement entrelacés. Le piège se referme. On est pris, c'est trop tard. Prisonniers. Incapable de se défaire des monceaux de liens qui nous emprisonnent. On abandonne. Se laisser aller. Tant pis.
Et puis une lueur, là, juste là, presque accessible. L'espoir s'empare d'un esprit déjà presque inerte et en fait un miracle. On s'élance. Et un fil invisible nous arrête net. C'est peut être ça, la toile.

Et pourquoi pas une toile de tente ? La liberté au lieu de l'oppression, le palpable au lieu de l'invisible, le concret au lieu de l'abstrait ? Les fils entrelacés deviennent abris et non prison, pas de créature infernale tapie dans un recoin, pas de monstruosité, juste un rideau face à la fureur du monde.
S'y réfugier. Regarder au dehors.

Et voir une toile tendue, énorme. Avec plein d'êtres curieux qui la tiennent. On dirait une cérémonie titanesque, une ode à ce tissage étrange. Certains pleurent et colorent la toile de leur océan de larmes. D'autres viennent s'y noyer. Il y en a un, là bas, qui y lance une bouteille, avec dedans un mot d'espoir, ou une lettre d'amour, peut-être. Un beau jour, la bouteille rencontrera un obstacle, domaine, site.. ou mur. Peut-être qu'elle explosera. Peut être que quelqu'un lira avec attention. Peut être que ce sera la bonne personne. Peut-être pas.
Un nouveau fil apparaît. De nouvelles émotions se noient dans les larmes de tristesse et de bonheur. Des petits bateaux emplis d'images divaguent à la surface troublée.
Les enfants s'amusent, la toile devient trampoline. Pour certains artistes, pleins de naïveté et d'espoir, aussi. Parfois, le tissage se déchire. Et ils tombent. Alors d'autres lancent des bouteilles dans cette toile humide. Des centaines de mots, d'alerte, de désespoir, se baladent et s'entrechoquent sourdement.
Un vieillard se courbe sur sa canne, loin, à l'horizon, là bas. Il observe avec une attention mesurée le néant devant lui. Mais il se retourne et lance un regard sur le phénomène intriguant. Il s'approche. Regarde une bouteille. Et plonge.

(Texte d'il y a quelques années... que j'avais éventuellement envie d'associer à une image.)

Photo du 1er février : Challenge une photo par jour, photo 32/365.

Copyright : Ambre de l'AlPe